Sophia Antipolis : optimiser les trajets domicile-travail par le vélo — Partie 2/3

Suite de l’article sur les propositions de Choisir/Initiatives Vélo pour augmenter la part modale du vélo à Sophia Antipolis.

 

Dans sa newsletter de Janvier 2016, le Sophia Club Entreprises publie les résultats d’une enquête sur les trajets domicile-travail sur Sophia Antipolis et soulève la question des déplacements à vélo :

Que faudrait-il pour permettre aux actifs de Sophia Antipolis de se rendre à leur travail à vélo en toute sécurité ?

Voyons plus en détail les solutions proposées.

À lire aussi :

 

Situation et accès à Sophia Antipolis

40 000 personnes viennent travailler quotidiennement sur la technopole qui est desservie par 7 axes principaux :

Accès Sophia-Antipolis

Accès routiers de Sophia Antipolis

  1. La D604 au Nord, venant de l’Est de Valbonne et du Nord-Ouest de Biot.
  2. La D504 à l’Est, venant de Biot et Villeneuve-Loubet.
  3. La D535 au Sud-Est, venant d’Antibes et de l’échangeur 44 de l’autoroute A8.
  4. La D35 puis D103 au Sud, venant d’Antibes, Vallauris et certains quartiers de Cannes.
  5. La D35 à l’Ouest venant de Mougins.
  6. La D98 à l’Ouest venant de Mougins, Mouans-Sartoux, Cannes et Le Cannet.
  7. La D103 au Nord-Ouest, venant de Grasse et Valbonne.

Tous ces axes sont aujourd’hui saturés et les embouteillages matin et soir sont monnaie courante.

 

État des lieux et propositions d’amélioration

1. D604 – Route des Macarons

 

Acces_Valbonne

 

La D604 dessert les quartiers de

  • Bois Fleuri et des Tamarins de la ville de Biot
  • Domaine Val d’Azur situé sur la commune de Villeneuve-Loubet
  • Domaine du Collet de Darbousson sur la commune de Roquefort-les-Pins
  • L’île Verte ainsi que le lotissement Bel Air situés à Valbonne

Des commerces, un collège ainsi qu’un groupe scolaire sont directement accessibles depuis Sophia Antipolis via la D604.

Les habitants de ces quartiers sont à moins de 4 kilomètres du centre de Sophia (Garbejaïre).

Aucun itinéraire sécurisé n’est proposé sur cette portion.

Macarons

Accès depuis la D604, large et pouvant être facilement sécurisé

Pourtant, cet itinéraire est très emprunté matin et soir :

D604

Embouteillage sur la D604 pour accéder à Sophia. On peut voir la partie qui pourrait être aménagée pour les vélos sur le bord de la chaussée.

Axe d’amélioration

Comme nous le voyons sur la photo ci-dessus, des travaux d’aménagment de voirie permettraient une circulation sécurisée des vélos.

Avec l’avènement du vélo à assistance électrique, le dénivelé peut être gommé et inciter encore plus à éviter l’embouteillage quotidien sur la D604.

Une piste cyclable bi-directionnelle est ici possible (voirie suffisamment large, peu d’intersections).

 

2. D504 Accès depuis Biot

 

Acces_Biot

 

Le Chemin de Vallauris est l’itinéraire conseillé pour se rendre sur Sophia depuis Biot, la D504 n’étant pas adaptée aux modes de déplacements doux.

Ce chemin est emprunté par les travailleurs venant à vélo de Biot ainsi que de toutes les communes plus à l’Est (Villeneuve-Loubet, Cagnes-sur-Mer, Saint-Laurent-du-Var, Nice…) qui viennent par la piste cyclable du bord de mer.

Un itinéraire sécurisé depuis la piste littorale jusqu’au bas du Chemin de Vallauris tel que décrit dans notre précédent article (« L’Azuréenne » : plaidoyer pour une voie verte Antibes – Villeneuve-Loubet) serait bénéfique pour tous ces usagers.

Bien que fort pentu, le Chemin de Vallauris est idéal pour les cyclistes. Il faut cependant noter que les témoignages des usagers quotidien font état de nombreuses voitures l’empruntant dès que l’accès à Sophia est embouteillé sur la D504.

Le Chemin de Vallauris en devient beaucoup moins sécurisé, les voitures roulant souvent trop vite pour éviter l’embouteillage.

De plus, lorsqu’il rejoint la Route des Colles le cycliste se voit contraint de rouler aux côtés de voitures (et bus) roulant à 70km/h sur une 2*2 voies.

Chemin_Vallauris

À droite, le chemin de Vallauris arrivant sur la Route des Colles

Axe d’amélioration

Une piste cyclable bi-directionnelle serait ici un investissement peu coûteux (seuls 200 mètres sont à sécuriser jusqu’au Carrefour des Chappes) et permettrait la continuité du tracé.

200 mètres à sécuriser pour assurer la continuité

200 mètres à sécuriser pour assurer la continuité

Une piste sécurisée existe de l’autre côté de la Route des Colles. L’emprunter oblige à traverser 4 voies de circulation et est très dangereux du fait du fort traffic et du terre-plein central.

Cette piste serait d’ailleurs à prolonger en vue de desservir les entreprises en direction de Biot.

Pour sécuriser le cheminement des cyclistes, il serait également bénéfique de rendre le Chemin de Vallauris empruntable par les riverains (et les vélos) uniquement.

3. D535 venant d’Antibes

 

Acces_Antibes_D35

Pistes cyclables séparées sont présentes sur cet axe

 

C’est l’axe desservant Sophia le mieux équipé, avec une piste cyclable séparée du trafic motorisé jusqu’à la zone commerciale après l’autoroute.

D35

Piste cyclable séparée : exemple à reproduire !

Les travaux en cours du nouveau Bus-Tram la rendent impraticable au niveau du rond-point des Trois Moulins, obligeant les cyclistes et les piétons à emprunter la 2*2 voies !

MàJ : un itinéraire de déviation semble avoir été mis en place dans le sens de la montée.

 

Profitons des travaux pour penser à aménager un espace sécurisé pour les piétons et les cyclistes.

Une piste cyclable dessert le campus de l’université Polytech’Nice depuis le Carrefour Sophiatech.

PolyTechNice

Piste cyclable en direction de l’arrêt du futur Bus-Tram ?

La relier à la Route des Lucioles permettrait aux cyclistes venant d’Antibes un accès bien plus rapide au centre de Sophia.

Espérons que les travaux du Bus-Tram prenne cela en considération.

Il semblerait que l’ambition des aménagements cyclables liés au Bus-Tram soit de relier le campus Sophia Tech à Antibes (http://www.bustramcasa.fr/les_amenagements_cyclables.html). Il est mentionné une liaison vers la Route des Colles sans toutefois donner plus d’indications sur l’itinéraire choisi.

Axe d’amélioration

Rendre l’itinéraire du Bus-Tram accueillant pour les vélos et permettre d’accrocher son vélo à l’arrière du bus (pour le dernier kilomètre) seraient des actions simples pour inciter les gens à monter sur selle.

 

Bus_Velo_Ardeche

8 vélos peuvent prendre place à l’arrière de ce bus — Ardèche

 

Assurer la continuité de l’itinéraire cyclable lors de travaux de voirie est par ailleurs primordial pour la sécurité de tous.

4. D35 puis D103 : depuis Antibes et Vallauris

D635

Barrière infranchissable pour les modes de déplacement doux

La D35 (sur sa partie parallèle à l’autoroute) n’est pas empruntable à vélo, elle est même explicitement interdite depuis la rampe d’accès Route de Grasse à Antibes.

Pour rejoindre le Chemin de Saint-Bernard, les cyclistes sont obligés de faire un détour de plusieurs kilomètres (sur des itinéraires non sécurisés).

Un trajet de 2.3km en voiture presque plat se transforme en 9 kilomètres à vélo avec 400 mètres de dénivelé !

Certes, il est possible de réduire à 5 kilomètres en passant par le Chemin des Trois Moulins mais cela implique d’emprunter la Route du Parc ainsi que le passage sous l’autoroute.

La Route du Parc est une 2*2 voies limitée à 70km/h sans aucun aménagement cyclable sur la partie sud.

 

Pour donner une idée plus précise de ce que subissent les usagers du vélo, voici une vidéo d’une personne faisant le trajet Antibes – Mougins :

 

Le passage sous l’autoroute est extrêmement étroit et inadapté aux vélos : 2 voies très étroites et un mini-trottoir de 50cm de large.

Parc_sous_Autoroute

Les habitants du quartier des Semboules à Antibes et ceux de Vallauris n’ont pour ainsi dire aucun moyen d’accéder à Sophia Antipolis par un mode de transport doux de manière sécurisée.

Axe d’amélioration

Il y a tant à faire sur cet itinéraire qu’il est difficile de proposer une solution à faible investissement.

Cependant, il pourrait être envisagé de relier le quartier des Semboules au chemin de Saint-Bernard en longeant la voie d’accès à l’incinérateur.

Désenclaver le quartier des Semboules par l'incinérateur

Désenclaver le quartier des Semboules en longeant l’incinérateur

Les entreprises et commerces seraient alors à nouveau accessibles aux vélos et piétons.

Dans une deuxième phase, le passage de l’autoroute et l’accès vers Sophia Antipolis doit à son tour être sécurisé. Une piste de réflexion pourrait être la bretelle d’accès à l’autoroute qui pourrait relier le rond-point au chemin des Trois Moulins.

La bretelle d’insertion vers l’autoroute pourrait faire l’objet d’un aménagement cyclable pour relier le quartier des Semboules au Chemin des Trois Moulins.

Passerelle

Une passerelle le long de la rampe d’accès à l’A8 est une des pistes envisagées

 

Enfin, la jonction depuis Antibes devra faire l’objet d’un aménagement pour permettre la continuité de l’itinéraire.

Le Chemin des Terriers est déjà majoritairement aménagé, il serait intéressant de sécuriser le cheminement sur la fin de la voirie ainsi que sur l’Allée des Terriers.

La liaison entre les Terriers et la bretelle d’accès permettra de rejoindre Sophia Antipolis et d’assurer la continuité de l’itinéraire.

 

Terriers

Itinéraires cyclables sur le Chemin et l’Allée des Terriers

 

Nous verrons dans le dernier article les aménagements possibles pour les accès Ouest et Nord à Sophia Antipolis.

Partagez cet article !Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on LinkedIn

4 comments

  • Pingback: Sophia-Antipolis : optimiser les trajets domicile-travail par le vélo — Partie 1/3 | Choisir / Initiatives Vélo

  • Pingback: #SophiaAntipolis : optimiser les trajets domicile-travail par le #vélo — Partie 3/3 | Choisir / Initiatives Vélo

  • Pingback: Projet du Bus-Tram Antibes-Sophia : place au #vélo ! | Choisir / Initiatives Vélo

  • Gabriel

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre travail. Il y a sur le site un très bon travail de synthèse pour développer au mieux le transport à vélo pour tous avec une cohabitation nécessaire avec les autres transports (piétons, voitures).

    Je voudrais apporter mon cas d’usage pour appuyer en grande partie ce qui est décrit sur cet article (ainsi que sur d’autres liés): j’habite Antibes, travaille sur Mougins secteur Font de l’Orme.

    J’alterne en fonction des envies, du nombre de personne venant avec moi, des forces, de la météo, de la luminosité entre plusieurs trajets qui varient pour l’aller et le retour. A noter que j’utilise indifféremment un VTT (la plupart du temps sur route) et un vélo de route (tout le temps sur route) pour venir au travail.

    Ma fréquence de trajet à vélo est d’environ une fois par semaine maintenant, mais il fut un temps où je venais entre 4 et 5 jours par semaine à vélo. De plus, je participe à l’organisation avec mon entreprise à des venues au travail en vélo pour encourager d’autres à adopter ce mode de transport, ne serait-ce qu’une fois de temps en temps.

    Le trajet principal est donc pour l’aller :
    • Antibes (remontée chemin des combes, passage avec travaux actuels du futur tram bus sous le pont de l’autoroute assez facile). Pas de grosses difficultés malgré de nombreux véhicules.
    • Secteur 3-moulins : remontée jusqu’au lycée Leonard de Vinci et jonction sur la route du parc. Généralement trafic non bloquant dans la montée, et pour le moment peu gêné sur la route.
    • Route du parc : du radar jusqu’au début de la route des lucioles, je suis sur le bas cote de la route du parc. C’est dangereux. Les voitures font pour la plupart attention, mais il y a toujours des frayeurs. En début de route du parc, ma vitesse me permet de remonter en milieu de file comme les motos lorsqu’il y a des bouchons, sinon je me serre bien sur la droite et ne semble pas trop gêner les voitures. Le gros tape-cul juste après la bifurcation de la rue albert enstein est assez large sur la droite pour ne jamais gêner les voitures alors que ma vitesse est très faible. Enfin, à la jonction de la route des lucioles, j’emprunte la piste cyclable qui descend sur l’auberge de la source et ressort au niveau du parc des bouillides pour prendre le rond-point des bouillides (en suivant bien la ligne en pointillée, je m’éloigne progressivement du bord de la route ; les voitures sont généralement correctes et soit attendent un peu d’avoir de l’espace pour rentrer dans sophia, soit doublent avant le rond-point des bouillides).
    • RD98 : la remontée au niveau de la RD98 se fait. Il faut faire attention à ne pas faire de gros écarts. Les moments dangereux sont lorsqu’il y a une voiture doublant en trombe sur la voie de gauche, auquel cas le véhicule en train de me doubler ne se déporte que peu (et parfois se serre beaucoup sur la droite, ou fait une queue de poisson).
    • En fin de trajet, juste après le pont des animaux à l’endroit où de nombreuses voitures se garent, il faut faire attention à ne pas se prendre une portière ouverte avec inattention ou des voitures sortant en faisant demi-tour (des motards se sont déjà retrouves à terre en cet endroit…)

    Les deux alternatives principales pour cet aller sont :
    • Antibes via la fontonne, biot via le golf, chemin de vallauris puis traversée par sophia avant de retomber sur la RD98 au niveau des bouillides. Ce chemin est généralement emprunté lorsqu’on est en groupe, donc en prenant plus de temps.
    • Antibes, biot via la cuvette, puis traversée par sophia avant de retomber sur la RD98. Trajet généralement emprunté en cas de mauvaises conditions de visibilite (pluie, nuit) car beaucoup plus sécurisé que la route du parc (mais aussi plus long et plus de deniv).

    Pour le retour, le trajet principal est :
    • RD98 : la vitesse est relativement correcte en descente. La portion reste dangereuse si des voitures se doublent (même cas que pour la montée), et si jamais on croise des piétons remontant en face (forçant à se déporter un peu sur la route, chose pas forcement anticipée par les voitures derrière).
    • Route du parc : en arrivant du rond point des bouillides, je passe par le passage très étroit déjà indique sur la carte interactive. Très dangereux avec parfois de la boue, des branches. Néanmoins, pouvoir remonter la route du parc sur ce tronçon est très appréciable. Mon problème se situe à sa terminaison : la piste cyclable continue dans la valmasque, mais mon trajet optimal (en temps, distance, deniv,, …) passe par la route du parc. Le soir, dans les bouchons, je remonte entre les files, sinon j’essaye de bien coller sur la droite. La route se fait bien. Il faut juste faire attention au passage sous le pont (toujours anticiper un petit peu pour ne pas qu’une voiture dépasse à cet endroit, vitesse de croisière entre 35 et 45 car en fin de descente permet de limiter les dépassements). En sortie de pont, il faut faire très attention aux voitures arrivant de chemin saint bernard. Une fois bien mis sur la droite, la montée jusqu’à Castorama peut se faire tranquillement.
    • Chemin des terriers : La route du parc à un panneau d’interdiction aux vélos juste avant l’entrée d’autoroute. C’est bien (même si la route en amont n’encourage pas non plus les velos), et ça permet de rejoindre le chemin des terriers qui, après la montée initiale, est parfaitement sécurisé. Il faut faire attention en fin de chemin de terrier aux voitures en travers du passage.
    • Antibes : enfin, quelques km sur la voie publique pour terminer le trajet. Peu de points d’améliorations peuvent être envisagés, on est de toute façon en agglomération donc il faut juste être vigilant.

    Pour le retour, je n’ai pas vraiment d’alternatives principales. La seule alternative serait de rentrer au niveau de la route des lucioles et sortir au niveau de carrefour antibes. Mais le soir, le trajet le plus court, simple, « plat » l’emporte et je rentre systématiquement sur la route du parc malgré son absence totale de place pour vélos.

    Cordialement,
    Gabriel